Netflix envisage la fin du partage des mots de passe pour limiter ses pertes

Le leader du streaming réfléchit à faire payer un supplément aux abonnés souhaitant partager leur mot de passe avec d’autres. C’est la dernière manœuvre de ce géant sous la pression des investisseurs face à la rareté des abonnés payants.

Vous souhaitez communiquer votre de passe Netflix à un ami ? Vous devriez très probablement prochainement payer davantage que le coût de votre abonnement mensuel actuel. Un supplément de deux à trois dollars, selon le programme expérimental dédié à cette mesure à lancer au Pérou, au Costa Rica et au Chili.

Cette décision de l’entreprise américaine de streaming annoncée mercredi 16 mars se justifie par un besoin de rentabilité. Comme en témoignent les termes employés par son directeur de l’innovation produit, Chengyi Long. « Le partage des comptes entre ménages impacte notre capacité à investir dans de nouveaux programmes télévisés et films pour les abonnés », a-t-il notamment signifié dans un court article de blog sur le site de Netflix.

Investissement lourd

Autrement dit, le partage des comptes entre des personnes vivant hors du même toit nuit aux revenus de la firme de Palo Alto. Alors que ses finances ont expressément besoin d’être garnies face à une concurrence de plus en plus acharnée. Entre Disney+, HBO Max et autre Amazon Prime Video, le marché mondial de la vidéo à la demande s’est enrichi ces dernières années de plusieurs acteurs aux ressources sans limites pour la production de contenus.

Car c’est bien cela au finish qui fera la différence auprès des abonnés. Même si une étude du cabinet Deloitte a révélé en octobre dernier, la propension des utilisateurs à multiplier les abonnements. Toujours est-il que la croissance de Netflix stagne quand celle de ses concurrents évolue. Le groupe californien n’a ainsi grappillé que 8,2 millions de nouveaux abonnés payants au dernier trimestre de 2021. Un résultat en deçà des prévisions et dont les investisseurs s’inquiètent. Beaucoup se demandent en effet si le géant du streaming aux 221 millions d’abonnés n’a pas atteint son plafond de verre.

Retour sur investissement

C’est ce qui justifie les augmentations tous azimuts du prix des abonnements constatées depuis 2019 aux États-Unis, au Canada et en Europe entre autres. L’enjeu pour Netflix étant de s’assurer de moyens conséquents afin de rivaliser avec la concurrence sur le terrain de la production. D’autant que cette dernière pour la plupart intègre de la publicité dans son offre, contre des abonnements à coût réduit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.