BlaBlaCar affine sa stratégie et s’attaque à 23 nouveaux pays

BlaBlaCar annonçait à la mi-avril, une étonnante levée de fonds de près de 115 millions de dollars. Levée de fonds a été réalisée en plein temps de crise, une période de restrictions faisant particulièrement souffrir le secteur. Nicolas Brusson, PDG de BlaBlaCar suite à cela, a récemment annoncé une stratégie ambitieuse d’ouverture vers 23 pays pour son offre de covoiturage. Une stratégie annonciatrice de grands changements dans l’approche du covoiturage pour BlaBlaCar.

Dans une interview accordée au site Chef d’entreprise, Nicolas Brusson PDG de BlaBlaCar, revient sur l’annonce de cette nouvelle stratégie d’export dans 23 nouveaux pays. C’est d’abord en abordant leur gestion de la crise sanitaire que Nicolas Brusson développe son analyse de la situation société au début de l’année 2021. Selon lui, cette période a eu l’effet d’un test pour les sociétés de transports telles que BlaBlaCar. Il observe néanmoins que le nombre de clients globaux a fortement baissé par rapport à l’avant covid. L’entreprise est passée de 71 millions de passagers à l’international en 2019 à 50 millions en 2020. Cependant, il se considère chanceux par rapport à la tendance du secteur. L’entreprise accuse une baisse de 30% quand l’entreprise concurrente Trainline par exemple a chuté elle de 79%. BlaBlaCar tire donc bien son épingle du jeu à l’image d’AirBnB qui n’essuie qu’une baisse de 40%. Ces deux entreprises ont le point commun de ne pas être fixes dans leur structure et dans leurs prix, deux éléments apportant plus de flexibilité pour faire face aux difficultés causées par le Covid.

Une levée de fonds conséquente annonciatrice d’actions ambitieuses

Comment Nicolas Brusson a-t-il réussi à séduire ses investisseurs au point de mobiliser une levée de 115 millions pour le développement de BlaBlaCar à l’international ? Selon lui, c’est la vision sur le long terme qui a su séduire les investisseurs. BlaBlaCar est au-devant de grandes opportunités pour son développement qu’il résume en trois axes : l’électrique, l’autonomie et le partage. BlaBlaCar va étendre sa panoplie de services, ne s’arrêtant plus au simple covoiturage mais en devenant une véritable plateforme de mobilité. L’utilisateur pourra tout réserver et ne sera bientôt plus freiné par des frontières terrestres, puisque la franchise va s’étendre au sein de 23 nouveaux pays.

Nicolas Brusson souhaite également acquérir un grand nombre de compagnies existante pour étendre son offre, à l’instar des BlaBlaBus par exemple. Selon lui, il s’agit d’une solution s’avérant rapide et efficace dans certains cas mais aussi exigeante en matière d’adaptation et de compréhension du secteur dans d’autres. Quoi qu’il en soit, la philosophie est identique : connecter ces acteurs à la plateforme BlaBlaCar pour travailler avec eux.

L’ère des petits trajets du quotidien

Après avoir développé son activité sur les longs trajets, ce sont les trajets plus courts qui sont visés par Nicolas Brusson et son entreprise. L’idée derrière BlaBlaCar Daily qui sera lancé fin avril 2021 est d’apporter une solution aux actifs travaillant dans des zones mal desservies par les transports en commun. Ici, Brusson recherche une haute fréquence d’utilisation par les utilisateurs qui adopteront ce moyen de déplacement pour aller travailler. Selon lui ce positionnement n’est quasiment pas exploité par la concurrence et constitue une énorme opportunité pour l’entreprise.

BlaBlaCar Daily s’insère parfaitement entre les deux autres offres de l’entreprise destinées aux longs trajets avec BlaBlaCar et aux trajets très courts avec BlaBlaRide lancée l’année passée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.