Etats-Unis : Fox News, le retour de bâton

La chaîne de télévision connue pour ses prises de position conservatrices est accusée avec nombre de soutiens de Donald Trump, de diffamation et de dénigrement lors de la présidentielle américaine par Smartmatic. La société informatique réclame 2,7 milliards de dollars de dommages et intérêts.

Plus de trois mois après le scrutin, la présidentielle américaine continue de faire parler outre-Atlantique. Smartmatic qui fournit des logiciels pour le vote électronique a décidé d’engager une bataille judiciaire contre la chaîne de télévision Fox News. Cette dernière est notamment accusée d’avoir contribué, à travers de nombreux relais sur ses antennes des thèses de fraude distillées dans l’opinion par Donald Trump et ses soutiens, à ternir l’image de l’entreprise informatique basée à Londres.

Pour comprendre l’affaire, il faut remonter à novembre dans la foulée du scrutin du présidentiel. Donné perdant par les projections médiatiques, le président sortant refuse de reconnaitre sa défaite et joue la carte d’une élection qui lui aurait été volée au profit de son rival Joe Biden. Dans le collimateur du candidat républicain : Dominion, mais aussi Smartmatic, deux sociétés spécialistes du vote électronique accusées d’avoir manipulé les chiffres du scrutin. Le président sortant engage donc plusieurs de ses lieutenants dans les médias aux fins de répandre abondamment ses thèses complotistes au sein du public. Sauf que de preuve tangible, il n’y en aura aucune pour étayer ses accusations.

De graves préjudices pour l’entreprise

Aujourd’hui, Smartmatic passe à l’attaque et demande réparation auprès de la justice de l’État de New York pour les dommages que lui aurait causés la campagne de dénigrement du clan Trump. L’entreprise affirme dans sa plainte d’une vingtaine de pages, avoir perdu de la clientèle à cause de cette affaire. Pire, plusieurs de ses employés auraient été menacés de mort par la mouvance extrémiste des pro-Trump. Outre la somme de 2,7 milliards de dollars réclamée en guise de dédommagement au groupe de Rupert Murdoch et à trois de ses journalistes, la société créée en Floride, exige de la chaîne de télévision, le retrait complet de toutes ses accusations. Smartmatic met également à l’index Rudy Giuliani et Sidney Powell, membres de l’équipe juridique du président sortant.

Fox News a rejeté toutes les accusations, revendiquant une couverture exemplaire de la présidentielle. La chaîne a également promis de défendre sa réputation au tribunal. Un éventuel procès dans cette affaire pourrait lever davantage le voile sur les méthodes utilisées par l’entourage de Donald Trump pour jeter le discrédit sur la victoire de Joe Biden.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.