Mali : entrée tonitruante d’Aliou Diallo à l’Assemblée nationale

Près de trois semaines après son enregistrement, le député de Kayes Aliou Diallo a fait ses premiers pas à l’Assemblée nationale malienne, lors d’une séance plénière le mardi 26 mai 2020. A cette occasion, le président fondateur d’ADP-Maliba a pris la tête du groupe parlementaire « Benso », qui a rejoint la majorité présidentielle (EPM). Un choix qui paraît contradictoire pour certains, mais totalement logique.

20 députés pour le groupe parlementaire « Benso »

Le député de Kayes Aliou Boubacar Diallo, a fait ses premiers pas à l’Assemblée nationale malienne le mardi 26 mai, lors d’une séance plénière. Celle-ci a été marquée par la constitution des commissions et groupes parlementaires. Le fondateur d’ADP-Maliba a été élu président du groupe parlementaire « Benso », formé de 20 députés venant de différents partis politiques. Il s’agit d’ADP-Maliba, CODEM, SADI, PRVM-FASOKO et du PARENA.

« Nous, Députés de la République du Mali, conscients des enjeux multidimensionnels de notre pays, avons décidé de nous regrouper pour constituer un groupe parlementaire unifié. Ledit groupe parlementaire porte le nom de Groupe parlementaire « Benso », qui signifie en langue nationale Bambara ‘La Maison de l’Entente’ », a indiqué Aliou Diallo dans sa déclaration politique de création du groupe parlementaire « Benso ».

« A la suite d’un débat profond sur le positionnement du groupe parlementaire, l’ensemble des députés du Groupe « Benso » a décidé souverainement d’inscrire le groupe parlementaire dans les rangs de la Majorité Présidentielle », a-t-il ajouté. Cette majorité présidentielle est constituée de partis politiques et d’associations regroupés au sein de l’alliance Ensemble pour le Mali (EPM).

« N’est-il pas temps de se donner la main pour sortir le Mali du gouffre dans lequel il est ? »

Dans sa déclaration à l’Assemblée nationale, le fondateur d’ADP-Maliba a expliqué que le groupe « Benso » se voit comme le prolongement de la dynamique consécutive à la tenue du Dialogue National Inclusif (DNI). Lequel a abouti à l’adoption, par les participants, d’une feuille de route consensuelle contenant des recommandations pertinentes pour une sortie de crise du Mali. Il considère qu’il est temps de mettre en œuvre ces résolutions aux côtés du gouvernement car il s’agit avant tout de l’avenir du Mali.

Aliou Diallo rappelle d’ailleurs que les députés du groupe Benso doivent leurs sièges dans l’hémicycle à la tenue des élections législatives avant mai 2020, l’une des recommandations du DNI.

Aliou Diallo le médiateur de Kayes

L’application de la feuille de route du DNI s’impose d’autant que la société malienne est au bord de l’implosion. La semaine dernière, par exemple, des affrontements ont eu lieu à Kayes entre la population et la police après qu’un agent des forces de l’ordre a abattu le jeune Seyba Tamboura, 18 ans, lors d’un contrôle. Il a fallu la médiation d’un groupe de députés, conduit par l’Honorable Aliou Diallo, pour ramener le calme. Le succès de cette médiation a renforcé la stature du milliardaire malien, pressenti pour occuper un important rôle dans la nouvelle Assemblée nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.