Donald Trump dans le Bureau Ovale en mars 2017

Négociations commerciales : Face à la reculade de Pékin, Washington sort l’artillerie lourde

 

Donald Trump a décidé de sortir l’artillerie lourde contre la Chine après avoir constaté que ce pays faisait marche arrière sur certains de ses engagements dans les négociations commerciales avec les Etats-Unis. Le président américain prévoit de nouveaux droits de douanes de l’ordre de 25%, d’ici vendredi, si Pékin ne se montrait pas plus sage.

Les Etats Unis n’apprécient pas la reculade de Pékin

Les indices européens ont clôturé hier en léger repli à l’annonce d’un net regain de tension dans les discussions commerciales entre Washington et Pékin. La Chine ayant fait marche arrière sur certains de ses engagements dans les négociations commerciales avec les Etats-Unis. En effet, les négociateurs américains Steve Mnuchin (le secrétaire au Trésor) et Robert Lighthizer (le représentant au Commerce) ont expliqué qu’« A peu près dans le courant de la semaine dernière nous avons constaté (…) un repli dans les engagements de la Chine ». Cette reculade aurait débouché sur des modifications substantielles du texte de l’accord en cours de rédaction, voire à une remise en cause des changements structurels réclamés par les Etats-Unis. « De notre point de vue, c’est inacceptable », ont-ils martelé.

Donald Trump donne un coup de fouet à Pékin

C’est pourquoi Donald Trump a brandi la menace de nouveaux tarifs douaniers à l’encontre de la Chine. Le locataire du Bureau Ovale envisage de faire passer de 10 à 25%, dès vendredi, les barrières à l’import sur des produits chinois déjà pénalisés, qui représentent 200 milliards de dollars d’échanges annuels. Et éventuellement de surtaxer à 25% « à court terme » de nouvelles marchandises importées représentant une enveloppe de 325 milliards de dollars par an.

Donald Trump avait pourtant décidé, début décembre 2018, de suspendre l’augmentation de ces droits de douanes en raison de la reprise des discussions commerciales.

Malgré tout, Washington laisse la porte ouverte à la Chine qui devrait envoyer une délégation à Washington, ce jeudi et vendredi, afin de poursuivre les négociations.

Les menaces ont peut-être refroidis les Chinois

Lighthizer espère maintenant que le vice-premier ministre chinois, Liu He, effectuera le déplacement à Washington car Pékin pourrait renoncer à son voyage après la menace brandie par Donald Trump. Steven Mnuchin a déclaré de son côté qu’il serait très regrettable que les Etats Unis et la Chine ne puissent pas parvenir à une avancée dans les négociations d’ici la fin de la semaine.

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.