Des M&Ms Crispy dans un bol.

A Haguenau, Mars Wrigley fait le plein de M&Ms Crispy

Grâce à un investissement de 18 millions d’euros en juin 2021, Mars Wrigley souhaite doubler, d’ici à 2030, la production de M&Ms Crispy de son usine de Haguenau (Bas-Rhin) afin de répondre à la forte demande en Europe. L’entreprise agroalimentaire américaine espère passer rapidement de 12.000 à 17.000 tonnes de bonbons chocolatés avant 2026 et atteindre l’objectif final quatre ans plus tard. Pour cela, elle a prévu l’installation de nouveaux équipements.

Depuis 2020 et l’apparition de la pandémie du coronavirus, les ventes de confiserie ont explosé en Europe. Les consommateurs ayant de plus en plus besoin de plaisir et de douceur dans cette crise qui semble s’éterniser. Des géants agroalimentaires se frottent évidemment les mains, à l’instar de Mars Wrigley. Pour satisfaire cette demande croissance, l’entreprise américaine a annoncé en juin 2021 un investissement de 18 millions d’euros dans son usine de Haguenau (Bas-Rhin) afin de doubler la production de M&Ms Crispy d’ici à 2030.

Une extension de 90 m² du bâtiment principal

Avant 2026, la production va d’abord rapidement passer de 12.000 à 17.000 tonnes (sur 70.000 tonnes de M&M’s, toutes variétés confondues) pour une croissance des ventes de 44 %. Une telle hausse nécessite des travaux techniques importants sur le site en question. Mars Wrigley réalise donc une extension de 90 m² de son bâtiment principal afin d’augmenter ses capacités.

Aussi, l’entreprise va installer de nouveaux équipements, comme un extrudeur supplémentaire. Cette machine sert à préparer le cœur en riz soufflé des confiseries (le cœur croquants des Crispy). En outre, elle va déployer de nouvelles turbines pour accroître les capacités d’enrobage en chocolat. Par ailleurs, le groupe compte optimiser le processus de nettoyage et construire un nouveau bâtiment. Tout devrait être prêt en 2023 pour lancer la production, qui ira principalement en Europe de l’ouest, surtout en Angleterre et en Allemagne.

Un plan de réorganisation en cours

Avec cette production, Mars Wrigley entend grignoter une nouvelle part du marché mondial des confiseries. Il pense y arriver d’autant facilement qu’il a déjà réalisé cette performance dans un passé proche. « C’est ce que nous avons fait ces dix dernières années, nous souhaitons renouveler l’exploit », a précisé Stéphanie Domange, présidente directrice générale de Mars Wrigley France, qui dispose de deux autres sites alsaciens que sont Biesheim et Steinbourg. La branche française a réalisé un chiffre d’affaires de 800 millions d’euros en 2020 et emploie environ 1 300 salariés. Haguenau accueille son siège.

L’investissement dans l’usine française intervient alors que Mars Wrigley a mis en œuvre un projet de réorganisation de l’entreprise en France, avec la suppression de 216 postes, dont une vingtaine au siège. Cette transformation vise à répondre aux baisses de vente sur certains créneaux, notamment les chewing-gums. Rappelons que depuis 2007, Mars Wrigley a investi 200 millions d’euros pour développer son usine de Haguenau. Le dernier financement (70 millions d’euros) a eu lieu en 2019. Il a permis de remplacer, dans les billes chocolatées, le dioxyde de titane par de l’amidon de riz.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.