Le patron de Spotify veut investir dans le football

Le milliardaire suédois Daniel Ek, envisagerait sérieusement de racheter l’équipe d’Arsenal. La presse anglaise indique même qu’une offre pourrait atterrir sur la table des actuels propriétaires du club londonien très prochainement.

Un tweet de quelques signes le 23 avril dernier et tout s’emballe. Ce jour-là, en pleine protestation des supporters d’Arsenal contre la participation de leur club à la Super Ligue, Daniel Ek, co-fondateur de Spotify évoque sur Twitter son intention de racheter l’équipe des Gunners si l’actuel propriétaire s’y consent. Immédiatement, la planète football s’en émeut. Principalement les fans d’Arsenal qui n’en peuvent plus de la direction prise par leur club depuis plusieurs années. L’opinion oscille entre doute, scepticisme et enthousiasme. Cet appel du pied est-il réel ? tout le monde ou presque s’interroge. D’autant que Spotify interrogé par le magazine Forbes, s’est refusé à tout commentaire sur le tweet de son patron. La circonspection reste de mise. Jusqu’à lundi et la révélation d’une information par le Telegraph.

Selon le média britannique, Daniel Ek aurait bien l’intention d’acquérir Arsenal. Le journal indique même que le fortuné de 38 ans va soumettre dans les dix prochains jours, une offre d’achat de 1,8 milliard de livres sterling à l’actuel propriétaire du club. Soit plus de la moitié de sa fortune personnelle estimée à 4,8 milliards de dollars par Forbes.

Un contexte favorable ?

Les médias ajoutent par ailleurs que l’entrepreneur suédois s’est entouré pour ce projet de trois anciens joueurs du club dont : Thierry Henry, Patrick Vieira et Dennis Bergkamp. En cas de succès de la tentative de rachat, ces trois célèbres noms bien connus du côté d’Arsenal devraient se voir attribuer des rôles prépondérants dans la nouvelle administration des Gunners. Cette perspective a de quoi enchanter les supporters qui soutiennent d’emblée le projet. Mais il n’est pas certain que cela suffise.

En effet, Josh Kroenke, directeur d’Arsenal, a toujours refusé de vendre le club dont le propriétaire n’est autre que Stanley Kroenke, son père. Au fil des années, ce milliardaire américain s’est montré imperméable aux critiques des supporters pourtant de plus en plus virulentes contre sa gestion. Comme un pied de nez à ses détracteurs, il acquiert en 2019, une participation majoritaire au sein du club.

À l’heure où les velléités de rachat de Daniel Ek se font jour, certaines indiscrétions indiquent que les Kroenke n’ont pas varié de leur position. Ils entendent maintenir Arsenal dans leur escarcelle. À moins que la colère des fans amplifiée par le rôle du club dans la Super Ligue ne vienne rebattre les cartes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.