À qui profite le deal entre Tidal-Square ?

Jay-Z va céder une grosse part du capital de sa plateforme de streaming musical à Square, l’entreprise détenue par Jack Dorsey. La stratégie derrière ce mariage reste encore floue, mais de nombreux observateurs s’interrogent d’ores et déjà sur les motivations du patron de Twitter à racheter une entreprise qui n’a vraiment jamais pu décoller, malgré les avantages inhérents à son modèle d’actionnariat.

297 millions de dollars, c’est la somme que Jack Dorsey a décidé de débourser pour prendre une participation au capital de Tidal, l’entreprise de Jay-Z. La transaction devrait être finalisée dans les prochains mois, mais les deux hommes d’affaires ont déjà communiqué sur le sujet, vantant chacun un partenariat stratégique. Surtout en ce qui concerne le rappeur new-yorkais, qui y voit une nouvelle façon de soutenir les artistes. On pourrait s’en arrêter là si Tidal était une simple entreprise philanthropique sans visée économique. Mais ce n’est pas le cas. La firme rachetée en 2015 par le mari de Beyoncé contre 56 millions de dollars, a toujours eu pour ambition des s‘imposer sur le marché du streaming musical. Sans grand succès pour l’instant puisque le secteur reste largement dominé par Spotify et Apple music.

Tidal se veut pourtant unique

Les deux mastodontes dominent ce secteur de plus en plus concurrentiel et qui étonnamment n’a pas profité du confinement provoqué par la crise du coronavirus. Pourtant, les atouts ne manquent pas chez Tidal. Avec en son sein des noms d’envergure comme Madonna, Alicia Keys et Rihanna, entre autres, la société a théoriquement le privilège de proposer à ses trois millions d’abonnés (chiffre daté de 2016), des contenus exclusifs. C’est d’ailleurs ce qui avait motivé Jay-Z en 2017 à retirer tout son catalogue de Spotify pour Tidal. Une manœuvre qui n’a certainement pas prospéré puisque des contenus de l’artiste sont depuis à nouveau disponibles sur le service de streaming suédois.

Ce non-décollage de Tidal avait par ailleurs suscité bien des convoitises. Des firmes telles que : Samsung ou Apple plus récemment s’étaient montrées intéressées, mais sans jamais pouvoir parvenir à un accord avec Jay-Z. Beaucoup de personnes sont donc curieuses de savoir ce que Jack Dorsey a bien pu déceler chez Tidal pour y débourser un tel montant. Mais plus que l’entreprise elle-même, c’est l’écosystème de la plateforme qui intéresserait le co-fondateur de Twitter, à en croire certains analystes. Ces derniers estiment que Square qui évolue dans le paiement électronique, a peut-être vu en Tidal un moyen d’élargir son portefeuille. Surtout avec l’utilisation des bitcoins en pleine démocratisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.