Les ingénieurs chimistes parlent en laboratoire

Plan de relance : 15 milliards d’euros sur la table pour l’innovation et la relocalisation

 

En déplacement dans un laboratoire pharmaceutique ce vendredi, Emmanuel Macron a annoncé que 15 des 100 milliards d’euros du plan de relance seront dédiés à l’innovation et la relocation, afin de retrouver une souveraineté sanitaire et industrielle.

Lors d’un déplacement dans les ateliers du laboratoire pharmaceutique Seqens à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), le président de la République a annoncé que 15 des 100 milliards d’euros du plan de relance, qui doit être présenté le 3 septembre, seront consacrés à l’innovation et la relocalisation. « Nous devons relocaliser et recréer des forces de production sur nos territoires. La souveraineté sanitaire et industrielle sera l’un des piliers du plan de relance », a indiqué Emmanuel Macron. « Ce plan de relance, cette stratégie France relance, ce n’est pas faire pour faire aux difficultés du moment. Nous l’avons déjà fait, et nous allons continuer de le faire pour tous les secteurs qui le justifient », a expliqué le chef de l’Etat, qui rappelle que 460 milliards d’euros de fonds publics ont déjà été injectés dans l’économie française pendant la crise sanitaire.

« Le projet France relance pour bâtir un modèle d’avenir »

Injecter 100 milliards supplémentaires, « c’est préparer la France (…). C’est investir dans l’avenir. Investir pour transformer et bâtir la France demain », soutient Emmanuel Macron. Selon lui, le projet France relance vise « plus d’indépendance, plus de relocalisation, pour bâtir un modèle d’avenir, basé sur le savoir et la transition écologique ». Sur ces 100 milliards, il y aurait « un milliard d’euro d’aides directes pour permettre, sur des projets très précis, l’aide de l’État pour relocaliser », précise Macron. Le site de production pharmaceutique de Seqens, d’où il s’exprimait, va relancer la production de 12 molécules en France dans les prochains mois, rapporte Franceinfo.

Une réforme pour accélérer les procédures de mise sur le marché des médicaments

A l’occasion de ce déplacement consacré à la souveraineté sanitaire et industrielle, le locataire de l’Elysée a aussi promis une réforme « historique » des procédures d’autorisation des médicaments, le 1er janvier prochain. Objectif : « réduire drastiquement les délais » d’obtention des autorisations temporaires d’utilisation (ATU), qui permettent d’utiliser de façon exceptionnelle des traitements ne bénéficiant pas encore d’une autorisation de mise sur le marché (AMM). Ainsi, l’on pourrait « mettre sur le marché, plus rapidement, même de manière temporaire, un médicament porteur d’innovation thérapeutique ».

Emmanuel Macron a par ailleurs évoqué une réduction de 300 millions d’euros de l’effort demandé aux laboratoires pharmaceutiques dans le prochain budget, sans donner davantage de détails sur ce point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.