Logo de la Société générale

Société générale : des résultats en baisse au troisième trimestre, mais le capital se renforce

 

La Société générale a présenté mercredi un tableau contrasté de son activité au troisième trimestre. Tandis que ses bénéfices ont baissé de 35% sur un an, son capital s’est lui fortement renforcé et ses actions ont décollé, confortant ainsi les investisseurs.

Un trimestre impacté par le plein effet de l’attrition des revenus

La Société générale a dévoilé mercredi des résultats inférieurs au troisième trimestre 2019. Entre juillet et fin septembre, le groupe au logo rouge et noir a dégagé un bénéfice de 854 millions d’euros, contre un peu plus de 1,3 milliard sur la même période en 2018, soit une chute de 35% en un an, indique le groupe dans un communiqué. Le produit net bancaire a baissé de 8,4% à 5,9 milliards d’euros. Dans les activités de marchés et les services aux investisseurs, les revenus ont diminué de 9,2%. Dans ses autres métiers, les performances financières étaient un peu meilleures, mais toutes aussi décevantes en raison d’une activité commerciale présentée comme très dynamique.

La Société générale souligne que « Ce trimestre est impacté par le plein effet de l’attrition des revenus à la suite de la réduction et de l’arrêt de certaines activités de marché ». La banque a fermé ses activités de trading pour compte propre et celles de gré à gré sur les matières premières. Aussi, « A fin septembre, 55% des réductions d’effectif annoncées ont été réalisées au niveau mondial. Les autres initiatives de réduction de coûts ont également été initiées et sont en bonne voie », précise le groupe.

« Le capital était l’enjeu numéro un de cette année »

A l’opposé, le capital s’est fortement amélioré. Le ratio de fonds propres « durs » de la banque est en hausse de 46 points de base à 12,5% par rapport au 30 juin 2019, « soit près de 250 points de base au-dessus des exigences réglementaires ». Pour Frédéric Oudéa, directeur général de la banque, « Le capital était l’enjeu numéro un de cette année ». Il ajoute : « Avec ce 12,5%, nous apportons une réponse définitive au questionnement de début d’année », rassurant ainsi les investisseurs.

L’amélioration des fonds propres s’explique par la réduction de 10 milliards d’euros des encours pondérés dans les activités de marchés, de trois opérations de titrisation « synthétique » et de la finalisation de cessions en Serbie, Monténégro et Moldavie, explique la banque.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.