Marc Gosselin : L’entreprise d’aujourd’hui doit contribuer à bâtir un monde meilleur

L’entreprise du XXIème siècle doit ouvrir de nouveaux horizons à ses collaborateurs. Dans le groupe ARKEA, ils ne sont pas considérés uniquement en tant que « salariés » dont il faut simplement gérer la carrière professionnelle. Ce sont des femmes et des hommes avec leurs valeurs, leurs engagements, leurs passions mais aussi parfois leurs fêlures, leurs blessures. Ce sont des parcours de vie, des qualités immenses que nous avons le devoir de valoriser. Mais aussi des faiblesses, des moments de doute, de démotivation qu’il nous faut savoir écouter et respecter.

Offrir aux salariés une nouvelle forme d’engagement

Notre mission prend tout son sens quand nous permettons à cette diversité de caractères et de parcours de s’exprimer au-delà du travail pour se réaliser pleinement. Nous avons la culture du temps long : la plupart des femmes et des hommes qui composent notre groupe y font toute leur carrière. En plus d’une mobilité interne active, nous avons fait le choix de leur proposer de vivre des expériences inédites, créatrices de liens. Comment ? Via des projets solidaires. Aider les autres, c’est contribuer à construire un monde meilleur, mais c’est aussi permettre de satisfaire un besoin de solidarité, de dépassement de soi en se confrontant à l’altérité. Fort de cette conviction, avec modestie, pragmatisme mais aussi détermination, nous avons identifié des initiatives qui nous semblent justes et pour lesquelles notre intervention fera bouger les lignes. C’est précisément ce qui a été mis en place à Tanguiéta, au nord-ouest du Bénin, en partenariat avec l’association Planète Urgence. Le succès en interne a été immédiat et impressionnant, avec des témoignages émouvants des postulants. Le plus souvent au milieu de leur carrière, ces candidats se sentaient suffisamment forts pour s’engager dans une mission physiquement exigeante mais qui apportait un sens très concret à leur vie.

Une formation au profit des femmes de Tanguiéta

Les enjeux locaux sont multiples et essentiels, de la lutte pour l’égalité homme-femme, à la hausse du niveau de vie par l’éducation. L’objectif consiste en effet à former des femmes micro-entrepreneures à  lire et écrire. Dans une région où 90% des femmes sont analphabètes, garantir leur formation et leur éducation s’avère un tremplin d’émancipation face à des contraintes socio-culturelles telles que le mariage forcé, pour n’en citer qu’une.  Si les billets d’avion et la contribution à Planète Urgence sont pris en charge par l’employeur, le temps consacré à la mission est pris sur les congés du salarié. Au final, avec les 30 volontaires retenus, le dispositif nous permet d’avoir en permanence sur place, depuis l’été 2018, un binôme ou un trinôme renouvelé toutes les 2 semaines. Les besoins sont certes immenses, mais la contribution de nos équipes va bien au-delà du symbolique. Nous avons choisi de concentrer tous nos moyens sur cette unique mission pour ne pas disperser nos efforts et ainsi faire véritablement avancer la cause des femmes de Tanguiéta. Parallèlement à la découverte d’une culture différente, la rencontre avec ces femmes en quête d’autonomie, la contribution concrète et visible à leur éducation constituent une expérience poignante pour celles et ceux qui la vivent. A tel point que certains envisagent de poursuivre leur soutien par une aide financière qui peut permettre, par exemple, la scolarisation des enfants de Tanguiéta.

Une action cohérente avec les valeurs de l’entreprise

Ce projet prolonge naturellement les efforts menés en interne en faveur de la mixité hommes/femmes, Une problématique à laquelle l’ensemble de nos 10 500 collaborateurs a été sensibilisée, puisque nous avons lancé en 2017 un programme inédit de formation de 100 % de nos salariés aux stéréotypes et biais inconscients, animé par une centaine de salariés volontaires, ambassadeurs de la mixité. Ce type de programme participe d’un nouveau rapport entre l’entreprise et ses salariés. A un rapport transactionnel, nous substituons un rapport relationnel, où l’émotion trouve sa place.  Dans un monde professionnel qui peut être compétitif, dans lequel le sens fait parfois défaut, proposer à ses salariés des missions d’intérêt général, avec une forte charge émotionnelle, c’est aussi conserver la motivation de nos équipes et bâtir une identité collective solide. Dans le groupe ARKEA, celle-ci rime avec engagement et solidarité.

 

* Marc Gosselin est le Directeur des ressources humaines du Crédit Mutuel Arkéa.

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.