Jean-Luc Mélenchon de plus en plus seul

 L’ambiance est délétère à la France Insoumise, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon. L’une des grandes têtes du parti a claqué la porte et ce n’est pas la première. Djordje Kuzmanovic a précisé les raisons de son départ de LFI dans une tribune publiée dans Marianne, intitulée « Pourquoi je quitte LFI ». Il y détail un « manque profond de démocratie ».

Il a toujours été en charge des questions internationales et de défense. Il est désormais catégorique quand il évoque son ex-organisation : « Un an et demi après la magnifique campagne présidentielle de 2017, La France insoumise est dans l’impasse ». Après 9 ans dans les environs directs de Mélenchon, l’ancien militaire est très violent sur l’état du mouvement qu’il quitte (sa décision a été accélérée par son renvoi de la liste du parti pour les européennes de 2019 il y a quelques jours).

Il déplore « l’opacité dans la sélection des candidats aux élections européennes », et ne s’en tient pas là et souligne « l’extrême concentration du pouvoir aux mains d’un petit groupe de nouveaux apparatchiks et bureaucrates, aux convictions mollement sociales-démocrates, qui, parce qu’ils n’ont jamais été élus, ne peuvent pas non plus être démis de leurs fonctions ».

L’ancien bras-droit de Mélenchon et chef d’orchestre de la campagne de 2017 ne peut que constater l’abandon de la « stratégie populiste ». Son départ n’est pas anodin quant à l’état idéologique de LFI. En partant il a mis en garde ses camarades contre l’idée de « la gauche rassemblée » portée selon lui par « les nouveaux cadres de la FI, arrivés avec la marée du succès et majoritairement issus du militantisme gauchiste’ ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.