Monoprix dépasse les bornes et se fait sanctionner

Connue pour ses slogans humoristiques et ses horaires d’ouvertures à rallonges, l’enseigne Monoprix coulait des jours heureux. Mais dernièrement, elle s’est faite sanctionner par la justice et la cours de Paris, pour non respect des normes de travail la nuit. Pour rappel, les portes du magasin fermaient à 22 heures, mais beaucoup d’employés restaient pour s’occuper des rayons et réceptionner le marchandise.

Monoprix sanctionné

Dorénavant, vous trouverez portes closes si vous vous présentez dans un Monoprix au-delà de 21 heures. Pour des raisons de non-respect du code du travail, l’enseigne Monoprix a été contrainte de fermer ses portes plus tôt dans la soirée. En effet, selon la cours d’appel de Paris, Monoprix ne respecterait pas certaines contraintes du travail de nuit. « Paris a enjoint la société Monoprix Exploitation de cesser d’employer des salariés dans es établissements parisiens, entre 21 heures et 6 heures, sous astreinte de 30 000 euros par salarié, qui serait présent dans les magasins au-delà de l’horaire fixé » , explique le journal des Echos. Pour certains des magasins concernés, la cour estime ainsi que l’accord signé au sein de l’entreprise en décembre 2016 « ne prévoit pas de mesures suffisantes (garde d’enfants, moyens de transport, NDLR) destinées à faciliter l’articulation entre l’activité professionnelle nocturne et les responsabilités familiales ».

Que disent les textes ?

Selon les textes de loi, le recours au travail de nuit est exceptionnel. Il doit prendre en compte les impératifs de protection de la sécurité et de la santé des travailleurs et doit être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique ou des services d’utilité sociale.
« C’est pourquoi il doit être mis en place sous certaines conditions. Sauf cas particuliers, la période de travail de nuit commence au plus tôt à 21 heures et s’achève au plus tard à 7 heures. Pour être considéré comme travailleur de nuit, le salarié doit travailler avec une certaine régularité pendant ces périodes. Il bénéficie alors de différents droits et garanties : limitation de la durée du travail, repos obligatoire, compensations, accès prioritaire au travail de jour, suivi médical adapté, prise en compte des obligations familiales. Des dispositions spécifiques s’appliquent dans le cadre du travail en soirée », explique le gouvernement sur son site internet.

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *